Carrefours du Vivre Ensemble Camerounais : Les leçons

La Session nationale des Carrefours, tenue le 18 mai 2018 à Yaoundé, a présenté l’état du Vivre Ensemble dans les dix régions du Cameroun ainsi que les principales recommandations issues des échanges locaux.

Minjec FN2018 session nationale carrefour vivre ensemble0

« Si le Vivre Ensemble est une réalité sur toute l’étendue du pays, il n’en demeure pas moins qu’il est un construit et reste une quête permanente », assure le représentant de la région de l’Extrême-Nord. A sa suite, les portes paroles des neuf autres régions livrent la quintessence des carrefours qui se sont déroulés au niveau local. Ceux-ci ont l’attention du Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique, qu’accompagnent certains de ses homologues. Tous les portes parole sont d’accord sur les facteurs qui mettent à mal le vivre ensemble : le tribalisme, la pauvreté, l’injustice, l’extrémisme religieux ou encore les préjugées ethniques et culturels. Des maux, qui selon le Pr. Armand Leka Essomba, peuvent être éradiqués en produisant et distribuant les biens dont les populations ont besoin, en stabilisant les codes qui rendent possible l’intercompréhension et en organisant le partage des contraintes et des responsabilités.

Minjec FN2018 session nationale carrefour vivre ensemble1

Mais déjà, pour un meilleur Vivre Ensemble, les populations de la région de l’Est se sont engagés à se traiter d’égal à égal, à développer leur amour pour la patrie à travers le service d’intérêt général, à développer le bilinguisme et à promouvoir les mariages exogamiques. Dans le Littoral, le Maire Denise Fampou dresse un état élogieux de l’intégration et de l’acceptation de l’autre. Elle, fille de l’Ouest, en est à son deuxième mandat, preuve de ce que l’appartenance ethnique n’est pas une barrière. Dans la même lancée, le Maire de Garoua 1er indique que plusieurs Chefs traditionnels dans le Nord sont issus d’autres régions. Idem pour certains élus locaux qui bénéficient du plébiscite des populations. Cette intégration emmène le Pr. Issa Souaibou à dire que l’histoire du Cameroun est interculturelle. Ses quatre aires culturelles ont engendré des Camerounais qui aujourd’hui ne sauraient vraiment dire de quelles ethnies ils sont. Aussi, pour le Pr. Issa Souaibou, il est primordial d’enseigner la véritable histoire du Cameroun, afin que nous apprenions à mieux nous connaitre.

Partager cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Vidéos

yafeVolontariatActionPatriotismeVolontariat fahpatriotisme fah

Audio

Spot Inscription destiné aux autoritésCelcom - Minjec

Spot inscription destiné aux jeunesCelcom - Minjec

Spot inscription destiné aux partenairesCelcom - Minjec

Photos

ministre1 audience iai
installation ig enfance joyeuse
emf  minister2