Discours de lancement du Plan Triennal « Spécial Jeunes » de janvier 2017

Discours de lancement du Plan Triennal « Spécial Jeunes » de janvier 2017

Discours de lancement du Plan Triennal « Spécial Jeunes » par Monsieur le Ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Représentant Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant Personnel du Chef de l’Etat ;

 Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

 Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales ;

 Monsieur le représentant du Gouverneur de la Région du Centre ;

 Monsieur le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé ;

 Distinguées Autorités Politiques, administratives, traditionnelles et religieuses ;

 Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations de la société civile et du secteur privé ;

 Monsieur le Président du Bureau Exécutif National du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun ;

 Honorables et distingués Invités, Mesdames et Messieurs ;

 Chers jeunes,
C’est pour moi un réel plaisir et un agréable devoir de prendre la parole en cette circonstance solennelle de lancement du Plan Triennal « Spécial- Jeunes ».
Je voudrais avant toute chose et du fond du cœur, vous dire merci, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, pour avoir accepté de présider personnellement cette cérémonie, placée sous le Très Haut Patronage de Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Paul BIYA.
Votre présence ici témoigne de l’importance majeure que le Chef de l’Etat, lui-même, accorde personnellement à la jeunesse et à la mise en œuvre effective du Plan Triennal Spécial, qu’il a bien voulu accorder à la jeunesse camerounaise.
C’est également un grand honneur que vous faites à la grande famille de Jeunesse, à travers votre disponibilité qui ne nous a jamais fait défaut, toutes les fois que nous vous avons sollicité. Je puis vous rassurer que ce geste fort symbolique vient ainsi concrétiser de manière effective la mise en œuvre de ce plan très attendu et d’une grande portée pour la jeunesse camerounaise.
Je saisis, une fois de plus, cette belle occasion pour rendre un hommage appuyé à S.E.M Paul BIYA, Président de la République, Chef de l’Etat, pour sa volonté constante, et une fois encore démontrée à travers ce PTS-Jeunes, de faire de la jeunesse, le moteur actuel et futur de la nation.
Permettez-moi également, d’émettre une adresse particulière à l’endroit des membres de la Plateforme Pour la Jeunesse du Système des Nations Unies au Cameroun ainsi qu’aux membres du Réseau Parlementaire « Espérance Jeunesse », pour leurs engagements et appuis multiformes en faveur d’un meilleur encadrement de la jeunesse de notre pays.

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant Personnel du Chef de l’Etat ;
 Excellences, Mesdames et Messieurs ;
 Chers jeunes,
Très sensible à la demande pressante des jeunes, sans cesse relayée et appuyée par le Département ministériel dont j’ai la charge, le Président de la République, a bien voulu instruire le lancement du Plan Triennal « Spécial-Jeunes » qui marque ainsi une étape nouvelle et décisive dans l’encadrement de la Jeunesse dans notre pays.
En effet, le 10 février 2016, dans une mémorable adresse à la Jeunesse, le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E M Paul BIYA, à l’occasion de la célébration du Cinquantenaire de la fête de la Jeunesse, avait prescrit le lancement dudit plan doté de 102 Milliards de FCFA pour la facilitation et l’accélération de l’insertion socioéconomique des jeunes.
Pour le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique, ce discours historique que dis-je, cette leçon magistrale sur la problématique de la Jeunesse, délivrée par le Chef de l’Etat et qui constitue tout un programme de travail, sonne comme un nouveau départ dans la prise en main de la jeunesse camerounaise à travers son réarmement civique et moral, sa formation technique et entrepreneuriale, son accompagnement et son insertion socio-économique.
Qu’il me soit permis ici de rappeler qu’à cette occasion, le Chef de l’Etat avait lui-même, exhorté la jeunesse à entreprendre dans quatre secteurs prioritaires, porteurs de croissance économique durable et d’emplois. Il s’agit précisément : de l’agriculture, de l’économie numérique, de l’industrie et l’innovation technologique.
Quelques mois plus tard, soucieux d’une bonne préparation de la Jeunesse universitaire à son insertion et conscient de l’importance des TIC dans ce processus, le Président de la République a renforcé ce Plan avec une dotation supplémentaire de 75 Milliards de FCFA, en accordant un don spécial de 500 mille ordinateurs aux étudiants des Universités camerounaises.
Les contours de cette vision ayant dès lors été clairement définis, il nous appartenait d’en fixer les objectifs stratégiques et opérationnels ainsi que les contenus en termes d’actions et d’activités susceptibles de permettre une opérationnalisation réussie dans les délais fixés, afin de donner à l’illustre prescripteur du Plan Triennal « Spécial-jeunes », une réponse satisfaisante.

Aussi, ce vaste et audacieux Plan doit-il pouvoir faciliter et accélérer l’insertion économique de la jeunesse à travers la mobilisation, la formation civique et entrepreneuriale, l’emploi ou l’installation des jeunes en unités de production et des services.
Son dispositif de mise en œuvre doit pouvoir privilégier la souplesse, l’efficacité, la pertinence, et la cohérence.
En effet, de manière générale, les politiques développées par le Gouvernement et les actions menées à ce jour en faveur de la jeunesse restent peu visibles et lisibles en l’absence d’un mécanisme de cohérence et de coordination. De plus, elles sont peu connues par les jeunes, qui en sont pourtant les principaux bénéficiaires.
L’offre à destination des jeunes est donc diluée dans l’offre globale des services publics. Outre cette dispersion et la faiblesse de la communication qui en est faite, les jeunes eux –mêmes ne sont pas toujours bien connus : Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est leur profil ? Quels rôles voulons-nous leur faire jouer ?etc. Ces questions et bien d’autres ont besoin d’être mieux cernées afin d’être mieux prises en compte.
Il s’avère donc nécessaire de mettre en place un dispositif qui rapproche l’offre de la demande et qui permet aux jeunes, à travers leur mobilisation, leur orientation et leur encadrement, d’intégrer les circuits d’activités en fonction de leurs besoins et des diverses opportunités qui sont offertes.
En plus de ce rapprochement, cette mise en rapport de l’offre des opportunités en faveur des jeunes et de leur demande tient également au souci de comptabiliser l’efficacité et les impacts des interventions gouvernementales en direction de cette cible.
En fait, malgré la participation des jeunes aux nombreux programmes d’investissements publics réalisés, la contribution de la jeunesse au Produit Intérieur Brut (PIB) du pays n’est pas souvent mesurée. De même, les effets de ces programmes et projets publics sur la situation socio-économique des jeunes restent peu connus. Il s’agit donc de rendre ces contributions des jeunes plus lisibles et les actions de ces programmes plus visibles et plus efficaces vis-à-vis de la jeunesse.
Cet objectif justifie également la nécessité de renforcement des programmes et projets gouvernementaux ainsi que leur mise en cohérence. Ce renforcement signifie élargir leurs possibilités d’intervention en leur dotant de plus de ressources pour atteindre davantage de jeunes et pouvoir mieux les mobiliser, les orienter, les installer et les accompagner. Leur mise en cohérence se traduit par leur spécialisation sur des activités précises de manière à les rendre complémentaires et ainsi, plus pertinents et plus efficaces.

Ce renforcement passe aussi par l’amélioration qualitative et quantitative des structures d’encadrement socio-éducatives de proximité des jeunes que sont notamment les Centres multifonctionnels de promotion des jeunes (CMPJ) et les Centres du Service Civique National de Participation au Développement, pour ce qui est du MINJEC.
Au regard de tout ce qui précède, le Plan Triennal Spécial Jeunes (PTS-JEUNES), appelé à s’arrimer au plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance, vient donc replacer au cœur de l’action gouvernementale les préoccupations de Monsieur le Président de la République, SEM Paul BIYA, plusieurs fois rappelées dans ses adresses à la Nation et à la Jeunesse.
D’où, l’articulation de ce Plan autour des trois axes majeurs à savoir :
 la mise en place d’un Observatoire National de la Jeunesse (ONJ), structure d’écoute, de veille, d’orientation et de prospective de proximité couvrant l’ensemble du territoire et devant servir d’intermédiation entre la demande des jeunes et l’offre des services en leur faveur, sur la base d’une cartographie de leurs aspirations réelles et l’inventaire des projets gouvernementaux et non gouvernementaux à eux dédiés. Ce qui permettra l’identification, la mobilisation, l’information et l’orientation des jeunes vers les différentes opportunités d’insertion socioéconomique qu’offrent les programmes et projets gouvernementaux et non gouvernementaux, en fonction de leurs besoins exprimés.
 la spécialisation et le renforcement des capacités opérationnelles des programmes et projets existants du MINJEC et des autres départements ministériels dédiés à l’insertion des jeunes ainsi que la mise en place d’autres programmes gouvernementaux dans les domaines prioritaires sus-évoqués pour répondre aux besoins et aspirations spécifiques de certaines catégories de jeunes non encore adressés.
 Enfin, le développement des infrastructures et équipements socio-éducatifs de mobilisation, d’encadrement et d’accompagnement de proximité des jeunes que sont notamment les Centres Multifonctionnels de Promotion des Jeunes (CMPJ), les Centres du Service Civique, etc.
L’ensemble de ces programmes et projets gouvernementaux, de la coopération bi- ou multilatérale, du secteur privé ainsi que de la société civile, qui seront tous consignés dans la base des données dynamiques de l’Observatoire National de la Jeunesse ainsi que les conditions pour pouvoir en bénéficier.
A cet égard, le plan triennal spécial jeunes permettra de fédérer, de mutualiser et de capitaliser l’ensemble des interventions en faveur des jeunes pour leur conférer plus de cohérence et d’impact.

Dans ce cadre, le montage institutionnel envisagé repose sur une interaction des projets du MINJEC avec les autres programmes gouvernementaux et non gouvernementaux, dans une perspective de complémentarité et de synergie.
Ainsi, les jeunes seront mobilisés, formés à la citoyenneté et à l’intégration nationale ainsi qu’à l’entrepreneuriat, par les projets et dans les structures d’encadrement de proximité du MINJEC. Les autres projets gouvernementaux et non gouvernementaux en fonction de leur domaine d’action, assureront la formation technique, le financement et le co-accompagnement post-financement.
Au sein de ces acteurs, il convient de reconnaître les rôles clés des collectivités territoriales décentralisées, dans leurs missions d’insertion des jeunes à la base.
Les passerelles vers ces différents acteurs seront assurées par l’Observatoire National de la Jeunesse qui jouera ainsi un rôle d’interface entre d’une part les jeunes et les programmes du MINJEC et d’autre part, les jeunes et tous les autres programmes dont l’action impacte leur installation et leur autonomisation.

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant Personnel du Chef de l’Etat ;
 Excellences, Mesdames et Messieurs ;
 Chers jeunes,
Aujourd’hui est un grand jour pour la jeunesse Camerounaise. En effet, après une année entière d’incubation, le PTS-Jeunes, ce cadeau d’anniversaire du Chef de l’Etat, SEM Paul BIYA, à sa jeunesse qui lui est très chère, va être définitivement lancée.
A CET EFFET, A LA SUITE DU PRESIDENT DU CNJC, JE VOUDRAIS INVITER TOUTE LA JEUNESSE CAMEROUNAISE TRES BIEN REPRESENTEE ET REUNIE ICI, A SE LEVER, POUR RENDRE UN HOMMAGE EXCEPTIONNEL AU CHEF DE L’ETAT, SEM PAUL BIYA, POUR CETTE TRES HAUTE SOLLICITUDE QU’IL VIENT UNE FOIS DE PLUS DE MANIFESTER A SON ENDROIT.

JE VOUS REMERCIE.

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant Personnel du Chef de l’Etat ;
 Excellences, Mesdames et Messieurs ;
 Chers jeunes,
Comme je viens de le rappeler, la maturation du PTS-Jeunes au cours de l’année 2016 qui vient de s’achever aura constitué un chantier prioritaire au Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique, médecin de famille de la jeunesse au sein du Gouvernement, pour emprunter une figure de style allégorique.
A ce jour, le dispositif que je viens de vous présenter est prêt et entièrement opérationnel.
La mise en place de l’Observatoire National de la Jeunesse, sous forme de projet est achevée. Des opérations de marketing d’inscription ont lieu à travers le territoire national dans le cadre des évènements et rencontres pour jeunes. A date, plus de 160 000 Jeunes y sont effectivement inscrits. Sa plateforme numérique est déjà accessible sur la toile, même à partir d’un Smartphone, à l’adresse www.onjcameroun.cm;Ceci, pour épouser l’ère du temps en matière de préférences communicationnelles des jeunes, cette jeunesse qualifiée de « Android » par le Chef de l’Etat lui-même.
Je puis même affirmer du haut de cette tribune, que le compteur de cette base de données nominale continue d’enregistrer digitalement depuis les dix régions du pays, des centaines de jeunes toutes les minutes.

Dans le même ordre d’idées, les programmes et projets de mon département ministériel ont été entièrement restructurés en particulier, le Programme d’Appui à la Jeunesse Urbaine et Rurale, plus connu sous son abréviation PAJER-U qui comporte désormais 17 projets de filières en fonction de leurs contributions à l’accélération de la croissance ainsi que pour leur fort impact sur l’installation de jeunes et l’absorption de leur main d’œuvre. Il s’agit notamment : 1-de la production végétale, 2-de la production pastorale, 3-de l’exploitation forestière et de la transformation du bois, 4-de la transformation et de la conservation des produits agroalimentaires, 5-de la restauration, 6-des métiers du bâtiment et travaux publics, 7-de l’insertion socioéconomique par le biais des services de mototaxi, 8-des TIC et de l’innovation technologique, 9-des métiers de fourniture de services en téléphonie mobile, 10-des petits métiers urbains de fourniture de services en industrie de l’habillement, 11-des petits métiers de services d’artisanat du cuir, 12-des petits métiers urbains de fourniture de services en esthétique, coiffure et onglerie, 13-des petits métiers urbains de fourniture services en mécanique, menuiserie métallique, 14-électricité, électronique, plomberie, maçonnerie, 15- des petits métiers urbains de fourniture de services à travers des kiosques d’artisans d’art, 16-des juniors entreprises post-formation, et enfin 17- des métiers dans les énergies renouvelables.
Dans le cadre de la collaboration gouvernementale en vue d’une meilleure cohérence dans l’exécution de ce plan, des plateformes de collaboration avec d’autres structures, programmes et projets gouvernementaux et non gouvernementaux d’accompagnement de la jeunesse ont été créées. Il s’agit en particulier et à date, des conventions avec le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat, le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Des conventions similaires ont été établies avec des structures étatiques et para-étatiques à l’instar de l’IAI CAMEROUN, de la Chambre d’Agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forêts ; du Conseil Interprofessionnel du cacao et du Café et des organisations de la société civile. D’autres dispositifs de collaboration sont en cours pour une mise en commun, cohérente et concertée des efforts entre les structures gouvernementales en vue d’un accompagnement optimal de la jeunesse.
Par ailleurs, les missions des structures rattachées et sous-tutelle notamment l’Agence du Service Civique National de Participation au Développement; le Centre National d’Education Populaire et Civique et le Centre National de Production et de Diffusion de la Documentation Jeunesse, ont été réorganisées et réorientées dans le but d’arrimer celles-ci au PTS-Jeunes.

A cet égard, la dimension civique de cet ambitieux programme va être exécutée par l’ASCNPD, ceci pour permettre à cette structure, d’assurer pleinement sa vocation principale qu’est la formation civique et le réarmement moral des jeunes bénéficiaires de cet accompagnement des pouvoirs publics.
Pour ce qui est de l’accompagnement financier des jeunes dans ces 17 filières identifiées, le projet de mise en œuvre du Fond National d’Insertion des Jeunes, en abrégé le FONIJ, est désormais opérationnel. Cette structure qui existe pour l’instant sous forme de projet, à l’issue d’une phase expérimentale réussie, en relation avec d’autres programmes gouvernementaux (notamment du MINEPAT et MINADER) et non gouvernementaux, conformément au dispositif du PTS-Jeunes sus-décrit, vient d’octroyer des financements à 1338 jeunes ou groupes de jeunes dont 1097 de projets de micro-activités pour un montant total de 947 095 175 FCFA et 241 projets de Juniors Entreprises pour un montant de 1 347 647 150 FCFA, ce qui constitue une enveloppe globale de 2 294 742 325 FCFA accordés au titre de l’exercice 2016.
Il sera procédé tout à l’heure à la remise par Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant personnel du Chef de l’Etat, des chèques de services et du matériel d’installation à un échantillon de 38 groupes de jeunes bénéficiaires de ces premiers financements dans les 17 filières d’insertion des jeunes sus-citées.

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant Personnel du Chef de l’Etat ;
 Excellences, Mesdames et Messieurs ;
 Chers jeunes,
Comme vous pouvez le constater et au regard de toutes ces indications, le PTS-Jeunes accorde une place de choix à l’entrepreneuriat jeunesse car, il est démontré de nos jours que, l’entrepreneuriat en général et en particulier celui des jeunes est une des solutions les plus efficaces à la création des emplois décents, productifs et susceptibles de booster la croissance économique.
C’est d’ailleurs ce qu’ont démontré la plus part des intervenants à la récente Conférence Economique Internationale de Yaoundé sur le thème : « Investir au Cameroun, terre d’attractivités » organisée avec succès par le Chef de l’Etat, SEM Paul BIYA.
Il est tout aussi évident de reconnaitre que chez les jeunes en particulier, le développement des compétences et des attitudes entrepreneuriales peuvent contribuer à renforcer leurs capacités à se montrer concurrentiels sur un marché du travail.
Le PTS-Jeunes vient dès lors traduire en action concrète, cette très belle exhortation des jeunes à l’entrepreneuriat faite par Chef de l’Etat, le 15 septembre 2011 qui disait, je cite : « Ce dont nous avons besoin aujourd’hui pour assurer le développement du Cameroun, ce sont, bien sûr d’hommes et de femmes entreprenants, dotés d’un bon bagage culturel et technique, mais ce sont également d’hommes et de femmes courageux, nantis d’un bon bagage éthique, moral, voire spirituel, profondément acquis aux idéaux d’intégrité et de justice, respectueux de la chose publique. C’est à ces conditions que notre pays pourra parvenir à l’émergence. » Fin de citation.
Pour y parvenir, le ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique entend mobiliser la jeunesse camerounaise à adhérer à cette initiative hautement salutaire du Chef de l’Etat, et susceptible de permettre l’émergence au sein de la population camerounaise, d’une masse critique de chefs d’entreprises et pourquoi pas, de capitaines d’industries de demain, à même de porter très haut l’étendard de l’économie Camerounaise. C’est dans cette optique que nous avons entrepris tout au long de l’année qui vient de s’achever, au côté du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, des rencontres d’informations, de sensibilisation et d’orientation des jeunes en particulier vers l’entrepreneuriat agro-pastoral.

Nous restons convaincus que l’engouement observé au sujet dudit Plan sur le terrain auprès des jeunes, augure de bonnes perspectives. C’est pourquoi, selon les objectifs assignés par le Gouvernement, il est prévu cette année, dans le cadre du PTS-Jeunes:
 la sensibilisation, la mobilisation et l’orientation de 500 000 jeunes vers les guichets appropriés correspondant à leurs besoins à travers l’Observatoire National de la Jeunesse,
 la formation technique et/ou entrepreneuriale de 200 000 jeunes en individuel ou en groupe, à travers le PAJER-U en collaboration avec les autres programmes gouvernementaux et non gouvernementaux,
 l’accompagnement d’environ 160 000 jeunes, en individuel ou en groupe pour leur insertion économique dans les 17 filières précédemment rappelées à travers les lignes de financement mobilisées par le projet FONIJ, toujours en collaboration avec les autres programmes gouvernementaux et non gouvernementaux,
 l’accompagnement spécifique des jeunes de la diaspora dans le processus d’insertion au Cameroun à travers le Programme d’Aide au Retour et à l’Insertion des Jeunes de la Diaspora (PARI-JEDI) et enfin,
 la mise en œuvre du Programme National de Volontariat, en partenariat avec le Système des Nations Unies au Cameroun, et qui ambitionne de mobiliser 15000 jeunes dans le volontariat de mission et 18 000 jeunes dans les chantiers de jeunesse ;
 500 organisations de préparation et d’accompagnement des jeunes à l’entrepreneuriat, sont appuyées et soutenues ;
 100 000 jeunes sont placés en emploi salarié à travers le Fonds National de l’Emploi et les autres organismes de placement en emploi ;
 30 Centres Multifonctionnels de Promotion des Jeunes (CMPJ) toutes catégories et 10 Centres du Service Civique National de Participation au Développement sont construits ou rénovés et équipés.

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Représentant Personnel du Chef de l’Etat ;
 Excellences, Mesdames et Messieurs ;
 Chers jeunes,
Le séminaire qui va s’ouvrir à la suite de la présente cérémonie et qui va réunir durant deux jours, l’ensemble des acteurs des institutions étatiques et des partenaires techniques impliqués dans la mise en œuvre du PTS-Jeunes, vise justement à :
 faciliter l’appropriation par tous les acteurs du rôle qui leur incombe dans la mise en œuvre du Plan Triennal « Spécial Jeunes » ;
 améliorer les connaissances des participants sur les mécanismes et les procédures liés à l’accélération de l’insertion sociale et économique des jeunes ;
 former les différents acteurs à l’utilisation de la plateforme numérique de l’Observatoire National de la Jeunesse, véritable « guichet unique de la jeunesse » et puissant outil de mise en cohérence et de dématérialisation des informations pour et sur la jeunesse ;
 informer et sensibiliser les participants sur les autres instruments mis en place pour la mise en œuvre réussie du Plan Triennal « Spécial Jeunes ».
La capacitation, de tous ces acteurs en général et de notre personnel opérationnel en particulier, constitue un déterminant majeur pour la réussite de ce PTS-Jeunes, qui rentrera incontestablement dans les « Grandes Réalisations » du Septennat du Président de la République, SEM Paul BIYA, pour que,
 Vive la Jeunesse Camerounaise !
 Vive le Cameroun et son Illustre Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Paul Biya !
Je vous remercie !

Partager cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Vidéos

yafeVolontariatActionPatriotismeVolontariat fahpatriotisme fah

Audio

Spot Inscription destiné aux autoritésCelcom - Minjec

Spot inscription destiné aux jeunesCelcom - Minjec

Spot inscription destiné aux partenairesCelcom - Minjec

Photos

ministre1 audience iai
installation ig enfance joyeuse
emf  minister2