Extraits discours du Chef de l’Etat relatifs à l’exhortation des jeunes à s’engager dans le développement du pays et dans leur insertion

ainsi que des extraits de ses engagements ou ceux du Gouvernement à cet effet.

Paul biya 1

• Nos actions vont se poursuivre avec plus de pugnacité, afin que notre jeunesse tire le meilleur profit des nombreux chantiers et projets en cours ou en préparation. Dans cette optique, je viens de prescrire le lancement d’un plan triennal « Spécial Jeunes », doté d’une enveloppe globale de 102 milliards de francs CFA. Ce plan devra faciliter et accélérer l’insertion économique de notre jeunesse. Vous aurez-là, je crois, l’occasion de faire la preuve de votre « patriotisme économique » (extrait message à la jeunesse du 10 février 2016).

• Il nous faudra certainement des efforts supplémentaires pour atteindre une croissance plus forte, plus stable et plus durable. Sans doute allons-nous continuer de rencontrer des obstacles sur le chemin. Mais il nous revient de les surmonter résolument et vaillamment, avec la participation de tous (extrait message à la jeunesse du 10 février 2016).

• Que chacun accomplisse sa tâche avec amour de la patrie. Alors seulement nous serons une force de progrès pour notre pays. Voyez à ce sujet l’exemple de nos jeunes engagés au front. Ils protègent notre pays de la menace terroriste, depuis deux ans. L’amour de la patrie les soutient et les pousse, bien des fois, jusqu’au sacrifice suprême (extrait message à la jeunesse du 10 février 2016).

• Il ne s’agit pas d’attendre de pouvoir rassembler de gros moyens. C’est avant tout une affaire de volonté et d’engagement. Dans l’agriculture, il est souvent possible de faire beaucoup avec peu. De nombreux programmes existent au niveau du gouvernement pour soutenir le développement rural. Informez-vous sur ces programmes. Vous devez pouvoir en profiter (extrait message à la jeunesse du 10 février 2016).

• Chers jeunes compatriotes, la mutation dans laquelle notre pays est irréversiblement engagé, ne peut se faire qu’avec vous, et pour vous (extrait message à la jeunesse du 10 février 2015).

• Il faut dès maintenant vous y préparer sérieusement. Que ce soit à l’école primaire, au collège, au lycée, à l’université. Nous avons besoin, nous aurons besoin de milliers de bons ouvriers, de techniciens capables, d’excellents ingénieurs, de comptables et de commerciaux compétents, etc. Et j’en passe. Déjà, le tournant de la professionnalisation a été pris aux différents niveaux de notre système éducatif. Nous en verrons bientôt les effets et vous verrez qu’ils seront surprenants (extrait message à la jeunesse du 10 février 2014).

• Chers jeunes compatriotes, dans cette course à la croissance qui doit, dans 20 ans, nous permettre d’accéder à l’émergence, vous avez un rôle essentiel, un rôle crucial à jouer (extrait message à la jeunesse du 10 février 2014).

• Chers jeunes compatriotes, comme vous le voyez, les choses bougent au Cameroun. Le mouvement est lancé et il est irréversible. C’est vous qui en serez les principaux acteurs (extrait message à la jeunesse du 10 février 2014).

• Chers jeunes compatriotes, Vous êtes l’avenir de notre Nation. Vous portez tous nos espoirs. Soyez à la hauteur des ambitions que nous plaçons en vous (extrait message à la jeunesse du 10 février 2013).

• Nous allons à bref délai lancer notre « révolution agricole » et mettre sur les rails nos grands projets miniers, énergétiques et infrastructurels. En fait, certains ont déjà connu un début d’exécution. J’en attends non seulement une relance de notre économie, mais aussi une augmentation sensible de l’offre d’emplois, en particulier pour les jeunes, diplômés ou non, qui ont actuellement des difficultés à s’insérer dans le monde professionnel. L’importance de ce défi est telle que j’ai proposé d’en faire une véritable « cause nationale » qui devrait mobiliser toutes les forces vives du pays et notamment les jeunes qui sont particulièrement concernés (extrait message à la jeunesse du 10 février 2012).

• Nous poursuivons la mise en œuvre d’un processus de professionnalisation de l’enseignement supérieur qui devrait faciliter l’insertion des diplômés dans le monde de l’entreprise et de l’auto-emploi. La professionnalisation ou la formation, selon les cas, sont en effet des points de passage obligés pour régler notre problème de l’emploi des jeunes (extrait message à la jeunesse du 10 février 2012).

• vous ne devez pas vous contenter d’acquérir des connaissances en vue d’assurer votre réussite personnelle. Il vous revient également de participer à notre grand dessein commun au service de notre pays qui vous a soutenus tout au long de vos études. C’est là un juste retour des choses et une marque de civisme. En clair, je compte sur vous pour être les artisans de cette « République exemplaire » à laquelle nous aspirons tous (extrait message à la jeunesse du 10 février 2012).

• Ce combat pour l’émergence – car c’est un combat – exige que vous vous y prépariez sérieusement. En effet, le monde dans lequel nous vivons est un monde de compétition où seuls les meilleurs tirent leur épingle du jeu. De ce point de vue, vous n’êtes pas sans atouts. Il est généralement reconnu que le Cameroun dispose de ressources humaines de qualité. L’Etat continuera à vous aider à justifier cette bonne réputation en mettant à votre disposition un système éducatif parmi les meilleurs en Afrique (extrait message à la jeunesse du 10 février 2012).

• Cette bataille pour l'emploi n'est que l'autre face de notre combat pour le développement. Et ce combat, c'est vous qui, dans les prochaines années, allez devoir le mener ... et le gagner. Pour cela, il vous faudra être armé de toutes les compétences nécessaires que vous avez acquises au cours de votre parcours scolaire et universitaire. C'est bien entendu la garantie de votre réussite personnelle, mais aussi et surtout l'accomplissement d'un devoir civique envers votre pays. Vous lui marquerez ainsi votre reconnaissance pour les efforts qu'il a faits pour vous tout au long de vos études (extrait message à la jeunesse du 10 février 2011).

• S'agissant de l'insertion des jeunes dans l'économie, l'Etat, à côté des actions menées par le Fonds National de l'Emploi, a continué à soutenir les programmes destinés à donner au plus grand nombre possible de jeunes des chances d'intégrer la vie professionnelle. C'est le cas du Projet d'appui à la jeunesse rurale et urbaine et du Projet d'insertion des jeunes par la fabrication de matériel sportif. Ces deux projets ont permis d'insérer dans la vie économique plusieurs milliers de jeunes, de lancer des centaines de micro-activités et de juniors entreprises et de créer des dizaines de coopératives (extrait message à la jeunesse du 10 février 2011).

• J'engage nos jeunes à ne pas se détourner du travail de la terre qui est garant de stabilité et d'épanouissement (extrait message à la jeunesse du 10 février 2011).

• L’avenir d’un pays repose sur sa jeunesse. Vous êtes l’avenir du Cameroun. Vous devez avoir constamment à cœur de vous préparer à bâtir ce Cameroun de demain (extrait message à la jeunesse du 10 février 2007).

• Chers jeunes compatriotes, c’est là que vous entrez en scène. Car il est bien clair que si vos aînés posent les fondations de notre nouvelle société, c’est vous qui aurez la lourde tâche, mais combien exaltante, de poursuivre la construction de l’édifice (extrait message à la jeunesse du 10 février 2007).

• Je vous disais l’an dernier à la même époque que je comptais sur vous pour inventer une « nouvelle forme de patriotisme », à base d’engagement pour la solidarité et d’attachement à l’intérêt général. Je vous renouvelle cet appel, car je crois que nous ne mènerons à bien le « New Deal » que je propose que par un changement radical des comportements. J’attends de vous que vous en soyez les pionniers. Ce n’est donc pas le moment de baisser les bras (extrait message à la jeunesse du 10 février 2007).

• Chers Jeunes compatriotes, je connais vos difficultés. Je partage vos inquiétudes mais aussi vos espoirs. Je vous demande de ne pas vous décourager, de ne pas renoncer, de ne pas vous résigner (extrait message à la jeunesse du 10 février 2006).

Partager cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

M. MOUNOUNA FOUTSOU Ministre de la Jeunesse et de l'Education Civique,

accorde une audience ce mercredi 28 septembre 2022 dans la salle de conference du MINJEC,

à l'organisation Mandela Washington Fellows Cameroon Association (MFCA)

Young African Leaders Initiatives (YALI).

      Minjec logo F2020 2

Conseils Municipaux Jeunes

Vidéos

Duke Of EdinburghVolontariatActionPatriotismeVolontariat fahpatriotisme fah

Audio

Spot Inscription destiné aux autoritésCelcom - Minjec

Spot inscription destiné aux jeunesCelcom - Minjec

Spot inscription destiné aux partenairesCelcom - Minjec

Photos

ministre1 audience iai
installation ig enfance joyeuse
emf  minister2